L'architecture funéraire et de mémoire

L'architecture funéraire et de mémoire

© Antoine Louis, Archéo-Pictor

Aux côtés des monuments commémoratifs comme les arcs honorifiques, les trophées voire certaines portes de ville, l’architecture funéraire fait partie d’un l’ensemble plus large appelé « architecture de mémoire ». Souvent centrés sur un ou plusieurs individus, ils peuvent être dédiés à un magistrat, une famille, un particulier ou des personnalités religieuses. Ces édifices prennent une ampleur particulière à l’époque gallo-romaine et poursuivent leur évolution au Haut Moyen-Age dans une société désormais pleinement christianisée. Nous présentons ici quatre de ces monuments découverts lors d’opérations d’archéologie préventive et qui illustrent les enjeux mémoriels et la stratégie monumentale dans la Gaule romaine et la France médiévale.